Source photo : https://www.pexels.com/fr-fr/

Scénariser un contenu en mobile learning, ce n’est pas simplement transposer les contenus e-learning déjà crées en mobile learning. Voici comment procéder.

S’adapter au terminal mobile

Pour bien scénariser votre contenu en mobile learning, pensez « mobile first » ! Adoptez une réflexion différente de celle d’un contenu conçu pour un affichage sur ordinateur, en prenant en compte les éléments suivants :

La finalité pédagogique : Identifiez la finalité pédagogique de votre formation (acquisition de nouvelles connaissances ou ancrage mémoriel) et déterminez l’approche pédagogique adéquate. Pour cela, posez-vous les bonnes questions :

  • La formation est-elle réalisée dans le but d’acquérir de nouveaux savoirs en stand-alone ?
  • Vient-elle en amont, pendant ou en aval d’une séquence de formation distancielle ou présentielle ?
  • Quelle approche pédagogique est la plus appropriée ? (Par exemple, un quiz pour l’ancrage mémoriel et un feedback sous forme de micro-contenus pour l’acquisition de nouvelles connaissances)

La granularité : Pensez en amont à découper finement vos contenus de formation (entre 1 et 5 minutes par capsule en abordant une notion clé) et à les espacer dans le temps (révisions ou présentation de nouvelles informations). Cela vous permettra de faciliter l’apprentissage de vos apprenants tout en prenant en compte le temps d’attention réduit sur mobile.

Notre astuce : utilisez le mind mapping pour granulariser vos contenus ! Cette technique permet de cartographier visuellement les différentes idées que l’on a d’un sujet. Les idées peuvent ensuite être abordées à travers des capsules spécifiques !

Les modalités pédagogiques : Utilisez des modalités pédagogiques variées pour capter leur attention (image, infographie, vidéo, flash cards, etc.).

La gamification et l’apprentissage social : Engagez vos apprenants dès le début de la formation en les rendant actifs à travers des activités interactives et des espaces d’échanges (forums, communautés, like, etc.). Notez que selon la solution technologique utilisée, l’apprentissage social aura probablement des spécificités.

Concevoir en « mobile first »

Concevoir sa capsule mobile learning depuis un outil auteur, c’est réfléchir en amont aux spécificités et aux contraintes de consultation de la formation depuis les appareils mobiles. Privilégiez donc les activités optimisées et spécifiques aux smartphones ! Voici quelques exemples :

Les activités optimisées pour le mobile learning :

  • Pour l’apport de connaissances : image + texte, infographie interactive, accordéon, découverte d’un lieu avec effet gyroscopique, etc.
  • Pour la pédagogique : sondage, QCM, zones sensibles, etc.

Les activités spécifiques au mobile learning :

Elles tirent parti des fonctionnalités des smartphones autour de la co-construction de savoirs comme la prise de photos ou la réalisation de vidéos par exemple.

Nos bonnes pratiques de scénarisation

Afin de réussir au mieux la scénarisation de votre capsule mobile learning, nous partageons avec vous nos bonnes pratiques !

  • Utilisez une ergonomie épurée et intuitive : inutile d’avoir une aide à la navigation, un écran de sommaire ou d’annonce des objectifs. Le format ultra court du mobile learning rend ces éléments superflus !
  • Synthétisez l’écran d’accueil et de conclusion pour ne garder que l’essentiel.
  • Ne contraignez pas la navigation.
  • Évitez les écrans denses en termes de contenus : une rédaction concise est la clé !
  • Privilégiez l’usage de médias non sonorisés (excepté les vidéos), et auquel cas sous-titrez systématiquement les vidéos.

Vous l’aurez compris, adapter la scénarisation de votre capsule en mobile learning c’est s’assurer d’avoir une formation intuitive et bien construite !


Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous.


Le marketing digital peut nous apporter beaucoup en digital learning. En effet l’objectif premier de la publicité est de faire passer un message à un public spécifique. Ce message doit être court et impactant pour être mémorisé. C’est la même chose en formation !


Des démarches de conception proches

En marketing digital, on cherche à faire vendre des produits/services. En digital learning on cherche à faire apprendre. Mais dans les 2 cas, pour atteindre l’objectif, on doit faire passer à son public un message suffisamment percutant pour qu’il soit mémorisé.

Pour définir leur offre, cibler la bonne population et vendre leurs produits/services, les marques s’appuient sur trois objectifs de communication (cognitif, affectif et conatif). Voyons comment ils se traduisent en digital learning :

OBJECTIFS COGNITIFS

  • En marketing digital : faire connaître (informer le consommateur sur le produit/service, l’entreprise)
  • En formation : faire connaître les enjeux et les objectifs de la formation (informer l’apprenant sur les connaissances/compétences qu’il aura acquises à l’issue de la formation)

OBJECTIFS AFFECTIFS

  • En marketing digital : faire aimer (s’intéresser au produit/service et/ou à la marque)
  • En formation : susciter l’envie de suivre la formation (avec la méthode du storytelling ou de l’immersion par exemple)

OBJECTIFS CONATIFS

  • En marketing digital : faire agir (acheter les produits/services)
  • En formation : suivre la formation et s’y impliquer (à travers des exercices interactifs, des jeux, des quiz, des escape game, etc.)

L’analyse d’une publicité…

La transmission des émotions de la publicité vers la cible est essentielle pour toucher les consommateurs (joie, tristesse, peur, surprise, colère, etc.).

Quelle que soit la publicité, celle-ci met toujours en avant 3 éléments fondamentaux : un thème général, une idée et un ou plusieurs argument(s) pour défendre cette idée. Ces éléments s’articulent à travers un logo, un visuel (image/vidéo), un texte (slogan, informations, etc.) et, lorsque le support le permet, une musique.

Lors de la phase de conception de la publicité, la marque doit prendre en compte chaque détail de sa campagne :

  • le visuel : le visuel est-il assez parlant/impactant ? Faut-il passer le bon message ?
  • le texte : le texte est-il compréhensible/adapté au message que l’on souhaite faire passer ?
  • la marque : que souhaite-t-on mettre en avant dans cette publicité ? Si oui, comment ?
  • le message délivré : est-il en accord avec notre positionnement, nos valeurs, notre raison d’être ?
  • la musique : est-elle suffisamment entraînante, marquante ?
  • la cible : quelle cible souhaite-t-on toucher ? Comment doit-on la toucher ?
  • le but : pourquoi réalise-t-on cette publicité ? Quels en seront les bénéfices pour nous ?

On retrouve ces mêmes composantes en digital learning.

… et les bonnes pratiques à en tirer

LE VISUEL

En marketing digital, le visuel est très important. Il est souvent l’élément fondamental de la publicité car c’est lui qui délivre en partie ou en totalité le message.

Source photo : https://www.lsa-conso.fr/

En formation, le visuel vient souvent en appui du contenu. Mais parfois un bon visuel peut aussi se passer de message textuel. Posons-nous la question sur l’évolution de nos pratiques en formation et prenons davantage exemple sur le marketing, par exemple en réduisant le texte dans un module lorsque cela s’y prête et en mettant en avant des visuels parlants et évocateurs du/des message(s) que l’on souhaite transmettre.

Sources photos : https://pixabay.com/fr/ et https://www.shutterstock.com/fr/

LE MESSAGE ADAPTÉ À LA CIBLE

Pour qu’une publicité soit pertinente, le message publicitaire doit être délivré à la bonne cible. Il convient donc de choisir le bon message au bon format publicitaire !

C’est la même chose en digital learning. Pour rendre la formation pertinente et mettre en avant sa nécessité, elle doit s’adresser à la bonne cible (les apprenants), s’adapter à leurs besoins et être réalisée avec les formats pédagogiques adéquats (présentiel, e-learning, blended learning, etc.).

LE BÉNÉFICE

En marketing digital et en digital learning, le consommateur/l’apprenant doit percevoir le message principal dès le début.

  • En marketing digital : pourquoi cette publicité ? Quel est le message délivré ? Que cherche-t-on à me vendre ?
  • En digital learning : pourquoi cette formation ? Que va-t-elle m’apporter ?

Le consommateur/l’apprenant doit dès le départ saisir les enjeux et bénéfices qu’il va en tirer (de la publicité ou de suivre la formation). Il doit pouvoir répondre rapidement aux questions « Que vais-je en tirer ? » et « Qu’est-ce que cela va m’apporter ? ».

LA MÉMORISATION DU MESSAGE GRÂCE À UN FORMAT COURT

Nous vivons actuellement dans une culture de zapping : nous n’aimons pas consulter des formats longs, que ce soit à des fins personnelles ou professionnelles. Pour s’adapter au mieux à cette culture, les messages délivrés par les marques et les services formation doivent aller à l’essentiel. En marketing digital ou en digital learning, pour être impactants et précis, nous devons avoir recours à des formats courts. C’est en ce sens que les marques/entreprises peuvent capter l’attention de leurs consommateurs/apprenants !

Vous l’aurez compris, certaines pratiques du marketing digital peuvent vous inspirer en formation. Maintenant que vous avez toutes les cartes en main, à vous de jouer !

Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous.

Crédit photo : https://www.pexels.com/

Mettre en place une formation mobile learning efficace, c’est d’abord réfléchir à un design et à une ergonomie adaptés. Car oui, il ne s’agit pas de reproduire la navigation d’un module classique ! Évident, mais pas toujours mis en place.

Penser pleinement « Mobile » en termes de contraintes et spécificités

  • Proposer un design adapté à la taille d’écran smartphone/tablette : intuitif, épuré et agréable.
  • Réduire le contenu à l’essentiel (texte, vidéo ou audio). La densité informationnelle est à proscrire.
  • Éviter l’utilisation de fonctionnalités non-optimales sur mobile (ex. : saisies de texte, fenêtres pop-up, tableaux & colonnes).
  • Proposer des actions liées aux usages mobile pour interagir avec des éléments de l’écran : placer les actions principales au milieu ou en bas de l’écran et de gauche à droite.
  • Favoriser une utilisation simple, fluide et précise.
  • Proposer des actions intuitives à l’aide des fonctions swipe, tap, double tap, drag (glissement), spread (écartement), etc.

Exemples de bonnes pratiques

Page d’accueil : look and feel très épuré, repères pour la navigation

  • Rappel illustratif du thème de la capsule : photo et couleurs adaptées
  • Logo Client (éventuellement)
  • Thème de la capsule : « Découvrir »
  • Durée cible
  • Titre et sous-titre
  • Bouton « Go » permettant de lancer la capsule

Page de contenu : apport descendant (accordéon)

  • Barre de progression en haut
  • Bouton « Quitter » en haut à droite
  • Flèche en haut à gauche pour revenir à l’écran précédent
  • Navigation par la fonction « tap » dans le contenu
  • Bouton « Continuer » pour naviguer dans la capsule (pour un usage cross-canal)

Page de contenu : activité formative (drag and drop)

  • Barre de progression en haut
  • Bouton « Quitter » en haut à droite
  • Flèche en haut à gauche pour revenir à l’écran précédent
  • Déplacement d’étiquettes dans des zones dédiées
  • Apparition du feed-back et du bouton « Continuer » lorsque toutes les étiquettes ont été placées

Page de contenu : activité de découverte (carte à retourner)

  • Barre de progression en haut
  • Bouton « Quitter » en haut à gauche
  • Flèche en haut à gauche pour revenir à l’écran précédent
  • « Tap » sur la carte pour la retourner
  • Apparition du verso de la carte au clic
  • Navigation par les flèches < et > pour se déplacer dans les cartes
  • Bouton « Continuer » pour accéder à l’écran suivant

Page de fin : annonce de la fin de la capsule

  • Repère visuel pour annoncer la fin de la capsule (rond rose)
  • Message de fin
  • Bouton « Quitter » permettant de fermer la capsule et de revenir à son parcours de formation pour sélectionner une autre capsule

Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous.